accore

accore [ akɔr ] n. et adj.
• 1671; escore 1382; moy. néerl. schore « écueil »
1 N. m. Vx Contour d'un écueil.
2 N. m. ou f. Pièce de bois utilisée pour caler un navire tiré au sec ou en construction, étai. Les accores d'étrave, d'étambot.
3 Adj. (1773) Géogr. Se dit d'un rivage à falaises abruptes qui plonge verticalement dans la mer. Une côte accore. « Le rocher qui prolonge la pointe est accore, il n'a pas d'estran » ( COURS DE NAVIGATION ).
⊗ HOM. Accord, accort, acore.

accore adjectif (néerlandais schor, escarpé) Se dit d'une côte abrupte et rocheuse le long de laquelle les profondeurs augmentent rapidement et que les navires peuvent serrer de près. ● accore (homonymes) adjectif (néerlandais schor, escarpé) accord nom masculin accore nom féminin acore nom masculinaccore nom féminin (moyen néerlandais schore, étai) Pièce de bois servant à étayer l'ossature d'un vaisseau en construction. ● accore (homonymes) nom féminin (moyen néerlandais schore, étai) accord nom masculin accore adjectif acore nom masculin

I.
ACCORE1, subst.
Pièce de bois servant à caler un objet, spécialement un navire :
« Les accores prennent le nom de la partie de la charpente à laquelle elles sont appliquées; telles sont les accores du fond, les accores intermédiaires, celles de l'étrave, de l'étambot, etc. »
GRUSS 1952, p. 3.
Noter aussi l'expr. accores de bouchains : ,,Courtes pièces de bois, placées en guise de supports sous le petit fond d'un navire en cale sèche.`` (GRUSS 1952, p. 3).
Rem. Accore1 est masc. ds Ac. 1932, ROB., Lar. encyclop.; fém. ds JAL 1848, GRUSS 1952, Lar. 3; ds la docum., tant lexicogr. que littér., l'emploi du genre masc. et celui du genre fém. s'équilibrent.
II.
⇒ACCORE2, adj. et subst.
MAR., GÉOGR.
A.— Emploi adj. [En parlant d'une côte, d'un littoral] Qui présente une brusque dénivellation au-dessus et au-dessous des eaux :
1. Accore ou Écore, adj. Ce mot est particulièrement usité pour parler d'une côte élevée, et coupée presque verticalement à la surface de la mer; ce qui la rend d'un accès difficile; à une petite distance d'une telle côte, il y a grand fond. Il est en marine à peu près synonyme d'escarpé. Une terre, une côte, un banc, sont accores; les bords d'un écueil sous l'eau soit banc, rocher, etc., sont leurs accores.
WILL. 1831, p. 6.
2. Les naufragés revinrent alors, en suivant le revers opposé du promontoire, sur un sol également sablonneux et rocailleux. Toutefois, Pencroff observa que le littoral était plus accore, que le terrain montait, et il supposa qu'il devait rejoindre, par une rampe assez allongée, une haute côte dont le massif se profilait confusément dans l'ombre.
J. VERNE, L'Île mystérieuse, 1874, p. 20.
3. « ... Plus haute, chaque nuit, cette
clameur muette sur mon seuil, plus haute,
chaque nuit, cette levée de siècles sous l'écaille,
Et, sur toutes grèves de ce monde, un
ïambe plus farouche à nourrir de mon être! ...
tant de hauteur n'épuisera la rive
accore de ton seuil, ô Saisisseur de glaives
à l'aurore, ...
SAINT-JOHN-PERSE, Exil, 1942, p. 212.
4. Le Farghestan avait dressé devant moi des brisants de rêve, l'au-delà fabuleux d'une mer interdite; il était maintenant une frange accore de côte rocheuse, à deux journées de mer d'Orsenna.
J. GRACQ, Le Rivage des Syrtes, 1951, p. 217.
5. Côtes plates, côtes accores, 326. Le fond sous-marin (sous-lacustre) présente rarement, sinon jamais, une pente originelle correspondant au profil d'équilibre des vagues qui le balaient. Si cette pente est trop faible, la côte est plate / flat / flach; si elle est trop forte, la côte est abrupte, accore / steep to / steil. Cette distinction, qui se rapporte au fond, ne se confond pas avec celle entre côte élevée / high, bold / hoch, et côte basse / low / niedrig, qui concerne la côte au sens restreint.
BAULIG 1956.
Rem. L'adj. accore se rencontre associé avec des termes exprimant : la localisation gén. mar. (submergé — banc, berge, côte, courant, eau, frange, grève, île, îlot, lac, lagune, large, littoral, mer, océan, rivage, rive), la matière (rocailleux, rocheux, sablonneux — lave, roc, rocher, sable, sol, terrain, terre), la nature aride (abandonné, dénudé, fertile, sauvage — aridité), la dénivellation, la pente verticale (chute, courtine, décharge, déversoir, falaise, muraille, plateau, rampe), la profondeur, la hauteur (dressé, haut, profond — abîme, hauteur, haut-fond, levée — monter), la découpure (aigu, échancré — baie, brisant, cap, détroit, fiord, flèche, pertuis, pointe, promontoire, récif), l'accès difficile (dangereux d'accoster, infranchissable, pas propice à un débarquement, praticable — atterrage — craindre de s'échouer, donner accès, prendre pied), la valeur dram. du cont. (ex. 2, 3, 4).
B.— Emploi subst. Bord escarpé d'une roche, d'un banc, plus ou moins immergés et représentant un danger pour la navigation :
6. Acore d'un banc, s.f. (et même de tout écueil) en parlant du bord, de ses bords, de l'endroit où il s'élève. On dit aux acores, sur les acores du banc des Aiguilles, du banc de Terre-Neuve, etc., nous avons trouvé la mer grosse.
WILL. 1831, p. 8.
7. Vous ne pourriez pas conduire le Macquarie à Auckland? — Sans la carte de cette partie de la côte, c'est impossible. Les accores en sont extrêmement dangereux. C'est une suite de petits fiords irréguliers et capricieux comme les fiords de Norvège. Les récifs sont nombreux et il faut une grande pratique pour les éviter. Un navire, quelque solide qu'il fût, serait perdu, si sa quille heurtait l'un de ces rocs immergés à quelques pieds sous l'eau.
J. VERNE, Les Enfants du Capitaine Grant, t. 3, 1868, p. 26.
Rem. 1. Accore2 subst. se trouve associé avec des termes exprimant : la situation mar. (banc, côte, eau, embarcation, fiord, haut-fond, île, lame, marée, navire, récif, rivage, roc, sable, terre), la dénivellation abrupte (brusque), la difficulté d'accès, d'où la nuance gén. défavorable (dangereux — praticable). 2. Accore2 subst est masc. ds Ac. Compl. 1842, LITTRÉ, DG, ROB. et Jules Verne (ex. 7); fém. ds WILL. 1831 (ex. 6).
Prononc. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[]. 2. Homon. : cf. accord. 3. Hist. — Ce n'est qu'à la fin du XVIIIe s. que la forme accore élimine définitivement les var. escore et écore (cf. étymol.). Ac. enregistre le mot en 1832. — Rem. Ac. Compl. 1842 s.v. accore donne encore pour l'emploi adj. de ce mot les formes accore ou écore.
Étymol. ET HIST.
I.— « étai ». 1. Forme escore, 1382 « pièce de bois servant d'étai à un navire » mar. (Compte des galées de Rouen au XIVe s., éd. Bréard, 67 ds DELBOULLE, Notes lexic. ds R. Hist. litt. Fr., I, 185 : pieces de bois a fere escores, à escorer ladite barge); devenu terme techn. gén. « étai » en 1593 (1610) (DE LURBE, Statuts de Bordeaux, éd. 1610, ibid. :mettre escorres pour escorrer maisons); 1678 forme écore « étai d'un navire » (GUILLET, Les Arts de l'homme d'épée, III : écore); 2. forme accore, 1671 « étai d'un navire » mar. (SEIGNELAY, Mémoires ds COLBERT, Lettres et instructions, éd. Clément, III, v. 2, 308 ds ARV. 1963 ds Fr. mod., XXV, 305 : ils ont osté les accores).
Empr. au m. néerl. schore « étai », terme mar. (VERDAM 1964) [cf. néerl. mod. schoor « étai d'un navire », m. angl. schore, angl. mod. shore « id. » (NED), a. nord. « étai » (DE VRIES 1962), norv. mod. skorda « id. », m. b. all. schore « id. »,]. Cheminement par les côtes de la Manche et de l'Atlantique. Passage es- > ac- prob. sous influence de verbes reposant sur préf. ad- (p. ex. accoter). Hyp. angl. (H. SAGGAU, Die Benennungen der Schiffsteile und Schiffsgeräte im Neufranzösischen, Kiel, 1905, p. 20; BONN. 1920, 1, 52; MACK. t. 1 1939, p. 166; DG) à écarter pour mêmes raisons que pour accore 2; la perman. du liégeois hore (Huy, Namur chore) « grosse perche ferrée dont le batelier se sert pour prendre le large » (HAUST 1933, s.v.) rend hyp. du néerl. préférable à celle de l'a. nord. (FALK, Altnord. Seewesen, p. 31; VIDOS Tecn. 1965, p. 36; BAIST, Seemannsw., p. 258; VALKH. 1931, p. 41).
II.— « rivage escarpé ». 1. Forme escore, écore, 1606 « côte escarpée », mar. (NICOT s.v. : escore f. C'est ce que le Languedoc dit « rive taillade » et le Normand « la coste en pic ou à pic »); 1683 « id. » (GUILLET, Les Arts de l'homme d'épée, III : écore); 2. forme accore, 1753 « contour d'un écueil, d'un ban » mar. (CHABERT, Voy. dans l'Amer. sept., 38 ds BONN. 1920 s.v. :les acores de ces bancs sont presque droites).
Empr. au m. néerl. schore « rivage escarpé » terme de mar. (VERDAM) [cf. m. angl. schore, angl. mod. shore « rivage » (NED), a. h. all. scorro « rocher » (GRAFF. t. 6 1834-46, p. 539), m. h. all. schor, schorre « haute rive rocheuse » (LEXER), m. b. all. schore « entaille » — i.e. (s)ker- « couper » (POKORNY, 938-9)]. Cheminement probable par côtes de Manche. Traitement initiale es- > é- indiquerait mot ant. à 1re attest. Passage es- é- > ac- p. anal. avec escore « étai de navire » > accore 1. Hyp. angl. (DG, BONN. 1920, 1, 52) improbable du point de vue phonét., m. angl. schore déjà prononcé shore au XVe s.; hyp. a. h. all. (DIEZ5) improbable pour l'orig. d'un terme de mar. — VALKH. 1931, p. 41; BAIST, Seemannsw., p. 258.
III.— Adj. 1. Forme accore, 1544 « abrupt, escarpé (d'un rivage) » terme de mar. (J. CARTIER, Volage ds MICHELANT et RAMÉ, Relat. orig. de J. Cartier au Canada en 1534, 17 cité par Arveiller ds Fr. mod., XXV, 305 : trois isles dont y en avoit deux petittes et acorez comme murailles); 2. forme escore, écore a) 1606 « qui baigne une côte abrupte (en parlant de la mer), d'où profonde (de la mer) » (NICOT s.v. :la mer est escore en telle coste); b) 1755 « abrupt (d'une côte) » (Encyclop. t. 1, s.v. :auprès des côtes écores et élevées, on trouve... beaucoup de fond).
Empr. au néerl. schor « escarpé » terme de mar. [cf. m. angl. shore « abrupt » terme de mar. (NED), fris. de l'ouest skor, fris. du nord , skor « escarpé »; cf. aussi sup. II m. néerl. shore « escarpement d'un écueil »]. Forme accore dès 1544 témoigne d'un empr. antérieur à cette 1re attest. et exclut hyp. de la dér. de cet adj. du subst. accore II, BL.-W.4. Forme escore d'abord attestée dans un dict. est en réalité certainement ant. à accore; passage es- > ac- est, malgré l'écart chronol. peut-être dû à l'influence de accore subst. I (1671, transformation de escore).
STAT. — Fréq. abs. litt. :15.
BBG. — BAR 1960. — BARB.-CARD. 1963. — BARBER. 1969. — BAULIG 1965. — BÉL. 1957. — BOUILLET 1859. — DAINV. 1964, p. 118. — GRUSS 1952. — JAL 1848. — LE CLÈRE 1960. — Mots rares 1965. — SOÉ-DUP. 1906. — TIMM. 1892. — VALKH. 1931, p. 41. — VIDOS Tecn. 1965, p. 36. — WILL. 1831.

1. accore [akɔʀ] n. m. ou f.
ÉTYM. 1671; escore, 1382; du moy. néerl. schore, néerl. mod. schoor « étai ».
Pièce de bois utilisée pour caler un navire tiré au sec ou en construction, étai. || Les accores d'étrave, d'étambot. || Les accores intermédiaires.
REM. Les spécialistes (Jal, 1848, notamment) font le mot féminin.
DÉR. Accorer.
HOM. Accord, 2. accore, accort.
————————
2. accore [akɔʀ] n. m. et adj.
ÉTYM. 1544, adj.; n., 1753; escore, écore, 1606; du moy. néerl. schore « rivage escarpé », et schor « escarpé ».
1 N. m. Vx. Contour d'un écueil. || Des accores dangereux près d'une côte.Les accores d'une côte, d'un rivage.
1 Et les rochers et les accores,
Et terre dure et sable mol,
Et les rochers et les accores,
Et les îles et les atolls (…)
Max Elskamp, le Navire, « Huit chansons reverdies ».
2 Adj. Mar. En parlant d'une côte, d'un écueil, Qui plonge verticalement dans une mer subitement profonde. || Une côte accore, une île accore.
2 Les naufragés revinrent alors, en suivant le revers opposé du promontoire, sur un sol également sablonneux et rocailleux. Toutefois, Pencroff observa que le littoral était plus accore, que le terrain montait, et il supposa qu'il devait rejoindre, par une rampe assez allongée, une haute côte dont le massif se profilait confusément dans l'ombre.
J. Verne, l'Île mystérieuse, t. I, p. 28-29.
HOM. Accord, 1. accore, accort.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • accoré — accoré, ée (a ko ré, rée) part. passé. Navire accoré …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • accore — (a ko r ) s. m. 1°   Terme de marine. Con tour d un banc, d un écueil. 2°   Pièce de bois qu on dresse pour étayer. Les accores sont des étançons ou fortes pièces de bois qui servent à étayer un vaisseau en construction ou en réparation. 3°   Adj …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ACCORE — s. m. T. de Marine. Pièce de bois qu on dresse presque verticalement, pour étayer un objet, pour le maintenir en place. Les accores qui soutiennent un navire échoué ou sur le chantier …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ACCORE — n. m. T. de Marine Pièce de bois qu’on dresse presque verticalement pour étayer un objet, pour le maintenir en place. Les accores qui soutiennent un navire échoué ou sur le chantier …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ccore — accore …   Dictionnaire des rimes

  • PRÉCONTINENT — La marge externe des continents, actuellement recouverte par l’océan, n’est pas seulement la transition entre deux types de paysages: elle est originale, aussi bien par son plan et ses formes que par l’usage que l’homme peut en faire. Notre… …   Encyclopédie Universelle

  • accord — [ akɔr ] n. m. • acort XIIe; acorde v. 1080; de accorder I ♦ (Personnes) 1 ♦ État qui résulte d une communauté ou d une conformité de pensées, de sentiments. ⇒ communion, concert, concorde, entente, fraternité, harmonie, intelligence, paix,… …   Encyclopédie Universelle

  • accorer — ● accorer verbe transitif Maintenir un navire par des accores. Assujettir une charge pour l empêcher de vaciller. ⇒ACCORER, verbe trans. MARINE A. Emploi trans. 1. [L obj. désigne un navire] Maintenir un navire en équilibre sur sa quille par des… …   Encyclopédie Universelle

  • acore — [ akɔr ] n. m. • XVIe; lat. d o. gr. acorum ♦ Plante aquatique (aracées), aussi appelée roseau aromatique, à parfum de mandarine et à saveur amère et poivrée. ⊗ HOM. Accord, accore, accort. ● acore nom masculin (latin acorum) Plante des marais… …   Encyclopédie Universelle

  • accort — accort, orte [ akɔr, ɔrt ] adj. • mil. XIVe « avisé »; it. accorto 1 ♦ Vx Habile. « Cette accorte feinte » (P. Corneille). 2 ♦ Vx ou littér. Gracieux et vif. « Apte à l amour, accort pendant l amour » (Colette). Par plais. Une accorte servante. ⇒ …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.